Retour sur le bon millésime de l'édition 2019 de la conférence CNET

LE TERRASS HOTEL

Organiser un événement pour rassembler chaque année les confrères de notre association et de notre secteur d’activité et aborder des thématiques “d’actualité” : tel est le défi que se fixe chaque année la CNET !

Pari réussi pour notre édition 2019 qui a eu lieu les 6-7 juin derniers au Terrass Hotel.

Perché sur sa butte depuis 1911, le Terrass Hotel est une adresse mythique à Montmartre. Bien plus qu’un hôtel, c’est un lieu de vie que l’on se murmure entre initiés. Et qui a été très apprécié de nos convives.

Retour (notamment en images) sur ce moment d’information, de partage et de convivialité !

   

MERCI A NOS SPONSORS

Ils nous ont soutenu financièrement pour donner vie à cette conférence : nous les remercions vivement !


                       

       

JEUDI 6 JUIN

RDV était donné à 18h30 pour l’AG de la CNET, suivie d’un cocktail et d’un dîner.

L’Assemblée Générale 

L’AG s’est déroulée dans une salle de l’espace privatif prévu pour la conférence du lendemain. Nous étions une quinzaine à écouter dans un premier temps Julien Demarty, Président de la CNET présenter le rapport moral et faire un compte-rendu de l’activité des mois précédents et dans un second temps Karine Karakostopoulos qui a présenté le bilan financier de l’association.

Plusieurs sujet importants ont été abordés :

  • le retour de la CNET à la table des négociations de la Convention Collective des PSS (Prestataires de services)
  • la norme ISO 17100, qui va progressivement remplacer Certitrad
  • le lancement du site web + présence de la CNET sur Linkedin
  • conférence CNET : bilan de l’édition d’octobre 2018 et 1ers chiffres de l’édition 2019
  • mais aussi et surtout les objectifs pour 2019-2020, avec notamment en prévision une campagne de “recrutement” de nouveaux membres à l’échelle nationale

Cocktail + dîner

Après l’effort, le réconfort !

Et c’est au 7ème étage que cela se passait ! Après l’AG, avait effectivement lieu le traditionnel dîner d’avant-conférence et de networking. Et là….nous étions bien plus nombreux, presque le double ! Pour profiter non seulement d’un délicieux repas et échanger entre confrères. Mais aussi et surtout pour bénéficier du rooftop et de la vue époustouflante et à 360° sur tout Paris ! Ce fut aussi l’occasion pour certains de nos sponsors de présenter leur activité.

VENDREDI 7 JUIN – CONFERENCE

Conférence CNET

Cette édition 2019  restera sans aucun doute dans les annales ! Tout d’abord par son taux de participation, un des meilleurs de toutes nos conférences : nous étions une soixantaine de participants. Ensuite, parce que le lieu se prêtait totalement à l’événement.

Avec un espace privatif de plus de 400m2, la conférence avait lieu dans une salle d’environ 90m2, à l’étage. Les participants pouvaient ensuite profiter de chaque pause pour se rentre à l’étage inférieur réservé au networking et au cocktail.

Si cette édition 2019 a été un vrai succès, c’est aussi et surtout grâce aux thèmes abordés et à la pertinence des intervenants. En ciblant la traduction automatique comme fil conducteur de notre matinée, il est clair que nous avons capté l’attention des auditeurs. Et le programme était alléchant ! Merci à tous nos intervenants d’avoir joué le jeu de nous apporter leurs lumières sur des sujets très intéressants, en disséminant des “pistes” de solutions à envisager pour chacun, sans pour autant livrer tous leurs secrets !

Les défis de la traduction automatique

Gaetan dirige la société Six Continents, basée à Strasbourg. Il intervient depuis plusieurs années en tant que formateur. Notamment sur Studio (SDL). Et à présent en tant qu’expert en traduction automatique, technologie qu’il utilise depuis plusieurs années dans le cadre de son entreprise.

Gaetan a ouvert le bal de notre conférence avec un sujet sensible, voir épineux : celui de la TA (traduction automatique). Epineux car les équipes de traduction le redoutent et le craignent. Epineux car il constitue le défi de l’entreprise de traduction. Pas le défi de demain, mais bien celui d’aujourd’hui ! Car la TA est là, et bien là.

Mais comme nous l’a expliqué Gaetan, il ne faut pas craindre la TA. Bien au contraire, il faut la considérer comme une opportunité. Car c’est un vecteur de croissance. Le volume de projets de traduction augmente sans cesse au niveau mondial, et il augmente tellement qu’il n’y a plus assez de traducteurs humains (les fameux bio-traducteurs !) pour tout traduire. D’où la nécessité et la pertinence du recours à la traduction automatique.

Cette opportunité ne doit pas échapper aux sociétés de traduction. Car cette technologie est là, elle va durer, et contrairement à la TAO, elle se développe très, très vite, du fait des systèmes neuronaux mis en place et qui “apprennent” tout seuls. Il appartient donc à chacun :

  • de faire son analyse pour savoir comment utiliser la TA et à quelles fins
  • d’identifier les moteurs qui l’intéressent
  • de réfléchir à la manière de la mettre en place avec ses équipes, internes et externes (politique de rémunération des traducteurs)
  • de choisir le niveau de post-édition à utiliser
  • de définir une stratégie commerciale
  • d’identifier les éventuels problèmes liés à la confidentialité des données

Pour télécharger la présentation de Gaetan, cliquez ici.

La post-édition : un nouveau métier pour le traducteur ?

Depuis 25 ans, Françoise Bajon dirige la société Version Internationale, basée à Lyon. Elle a également présidé l’association ELIA (European Language Industry Association) pendant plusieurs années. Et cela fait plus de 10 ans maintenant que Version Internationale fait l’expérience de la traduction automatique et du post-editing. En France, nombreuses sont les sociétés de traduction qui n’ont pas encore abordé le sujet. Pour les autres, elles s’y intéressent depuis peu et ont entamé des démarches pour mettre en place une stratégie de développement dans ce sens. Mais l’on voit clairement que la TA et le post-editing restent pour la plupart un défi à relever. Françoise a gentiment accepté d’intervenir sur le sujet pour nous parler du post-editing.

Et mettre en avant (entre autres) les quelques points suivants :

  • traduction vs. post-edition ? il ne faut pas opposer traduction et post-editing, car ce sont 2 disciplines bien différentes
  • on distingue la post-édition dite “légère” de la post-édition dite “complète”, c’est à dire de qualité humaine. L’un n’est pas plus facile que l’autre. On a d’ailleurs souvent tendance à croire à tort que la complète va être plus difficile que la “légère”, mais il n’en est rien, car au final, il est plus facile de tout changer (la “complète”) que de ne faire que le strict minimum en matières de changements, quitte à laisser passer certaines erreurs (la “légère”). Pour la post-édition légère, la difficulté est de bien placer le curseur : faire des changements (certains post-éditeurs peuvent être tentés de prendre cette post-édition à la légère et de ne pas en faire assez)…..mais pas trop, au risque de transformer la “légère” en “complète”. Cet exercice peut ainsi s’avérer difficile pour le traducteur expérimenté et habitué à affiner et peaufiner son travail jusque dans le moindre détail
  • le profil du post-éditeur : il est nécessaire de s’interroger ici pour identifier les qualités requises pour être post-éditeur.  Le traducteur de métier peut-il s’adapter aux techniques du post-editing ou faut-il former et recruter des profils spécifiques ? La nouvelle génération s’adaptera-t-elle mieux à ce nouveau métier ? Faut-il être fan de technologie ? “fast thinker”? Ou être doté d’une grande ouverture d’esprit ? Autant de questions soulevées par Françoise lors de son intervention et auxquelles toute entreprise de traduction devra se confronter pour être à même de se lancer dans l’aventure du post-éditing. Une chose est sûre : si la traduction humaine existera toujours, le post-éditing va se développer énormément, et rapidement.

Pour en savoir plus, cliquez ici pour télécharger la présentation de Françoise.

Etude de cas – mise en place de l’IA (Intelligence Artificielle) chez Ubiqus

Nous avons terminé cette matinée de conférence axée sur les technologies de notre métier avec l’intervention de Grégoire Le Bideau, Directeur Général de Ubiqus et membre du Conseil d’administration de la CNET.

Après avoir longuement abordé le côté théorique de la traduction automatique et du post-éditing, il est effectivement intéressant de s’attacher à illustrer notre propos avec un cas concret. Au cours d’une présentation d’une trentaine de minutes, Grégoire nous a ainsi expliqué pourquoi Ubiqus s’est lancée dans cette aventure technologique qui les a menés à développer leur propre outil, leur propre “machine translation”, plutôt que d’acheter ou louer les services d’un moteur existant. Cet exercice a forcément un prix. Mais il est clair que la présence du dirigeant fondateur d’Ubiqus féru de technologie a été un élément déterminant. Et Grégoire de nous expliquer que leur machine basée sur le neuronal est maintenant grandement opérationnel au sein d’Ubiqus….et leur permet de gérer en toute sécurité un aspect très important en matière de traduction automatique : la confidentialité des données ! Avec cette technologie développée en propre, Ubiqus peut assurer le traitement confidentiel des projets de traduction automatique de ses clients….point sur lequel on peut toujours avoir des doutes dès lors que l’on recourt à la location ou l’abonnement d’un système en ligne partagé !

Développement de machine translation ou recours à un outil existant : le débat est lancé ! Il appartient à chacun de définir ensuite ses objectifs pour savoir pour quelle solution opter !

Analyse – le marché français n’est plus le même qu’il y a 2 ans ! 

Konstantin Dranch est désormais un habitué de la Conférence CNET, puisqu’il est déjà intervenu dans le passé pour nous présenter son analyse du marché de la traduction de l’époque.

Mais cette fois, il intervenait en tant que Localisation Industry Researcher de son nouvel employeur : Nimdzi !

Et nous lui avions demandé de nous faire une analyse du marché français. Car le marché français est celui qui a enregistré le plus de bouleversements ces derniers temps. Et c’est ce que Konstantin nous a confirmé : si l’on reprend la liste des 20 entreprises leaders de la traduction en France il y a 2 ans, 8 d’entre elles ont été rachetées par un autre top leader ! Ce qui signifie que le marché a totalement changé. Pour se concentrer encore plus entre les mains des plus gros. Les plus grandes entreprises se sont ainsi grandement renforcées pour parfois doubler de taille (Acolad, Ubiqus,….), contribuant à créer un véritable “vide” sur le segment des moyennes entreprises (CA de 5-20 millions d’euros) où il ne reste plus grand monde ! On peut donc penser que ce “resserrement” va contribuer à une baisse des prix. Mais d’après Konstantin, cela pourrait en fait constituer une très belle occasion pour les petites entreprises les plus actives qui pourraient gagner de nouveaux marchés, délaissés par les plus grosses qui se concentreraient sur les gros contrats.

D’autant que Konstantin le confirme : la demande en traduction va croissante. Les entreprises ont de plus en plus besoin de communiquer à l’international, donc de traduire.

A charge à chacun de prendre sa part du marché !

Pour plus d’informations sur le sujet, cliquez ici.

Vendre à l’ère du numérique ! 

Michael Aguilar dirige et anime Vendeurs d’élite, cabinet de conseil et formations en développement commercial.

Il était lui aussi intervenu il y a quelques années sur le sujet de la performance commerciale.

Pour cette édition 2019, Michael est venu nous parler de la transformation qu’a subi le métier de commercial. Avec l’avènement d’internet et du tout numérique, le consommateur n’a jamais été aussi bien paré et informé…..pour se passer du commercial !

Mais comme Michael nous l’a expliqué, si le commercial tel que nous l’avons connu n’est plus, un nouveau commercial se fait jour, celui de l’ère numérique ! Un nouveau défi pour tout vendeur dans l’âme. Car on ne peut pas lutter contre l’évolution des technologies. Mais on peut tout à fait s’y adapter !

Une intervention toujours très intéressante et “animée” de Michael. N’hésitez pas à le consulter pour en savoir plus.

Nous contacter

Merci d'utiliser le formulaire ci-dessous pour tout besoin de renseignement.

En cours d’envoi

©2019 CNET - Chambre Nationale des Entreprises de Traduction - Tous droits réservés / Mentions légales & Politique de confidentialité

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?